Renault met les gaz

Début février, Renault SAS a obtenu son autorisation d’être fournisseur de gaz naturel. Comme quoi le gaz naturel est une énergie d’avenir 🙂 Renault est aussi le partenaire automobile qui a permis de démarrer Better Place en accompagnant le projet de Shai Agassi en Israël en démarrant la construction des voitures électriques.

So what (watt) ? Il va falloir attendre le rapport annuel 2009 (j’irai voir le 2008 quand même) pour comprendre l’objectif gaz de Renault. S’agit-il de réduire les coûts énergétiques de ses sites ? Le constructeur va-t-il développer un réseau de stations à la mode Better Place tout en proposant également du GNV à la pompe, une station hybride quoi ? Y a-t-il une autre idée derrière tout ça ?

Il y a quelques mois Volkswagen mettait des moteurs dans les chaudières pour produire de l’électricité dans les maisons à partir du gaz naturel. Excellent pour vendre un moteur de voiture sur un autre usage.

La crise aurait-elle libérer les initiatives du secteur automobile soumis à des cycles éprouvants ?

A suivre…

Après le pétrole… encore du pétrole mais vert ?

Il en fallait un qui ne me plaise pas plus que cela… « Après le pétrole, la nouvelle économie écologique » de Ludovic François et Elise Rebut. J’éviterai un mauvais jeu de mots. J’ai corné un certain nombre de pages malgré tout mais je me suis forcé à le finir.

Au début, je me suis demandé si mes précédentes lectures surpassaient celle-ci simplement parce que je connais mieux (modestement) le secteur de l’énergie ou parce qu’Attali, Minc, … sont des figures… difficile à dire. Par ailleurs, le livre porte uniquement sur les agro-ressources… on aurait pu s’attendre à voir d’autres solutions énergétiques. J’aurais dû lire le sommaire avant de l’acheter J Mais bon, je suis comme ça, j’y vais au feeling et parfois, je me plante.

Il y a de bonnes choses quand même. L’introduction annonce que le changement est engagé, d’ailleurs les auteurs s’appuient sur les signaux faibles d’Igor Ansoff et quelques exemples pour montrer les signes d’une évolution en cours. Dans la description du contexte, on peut s’amuser aussi de l’expression l’« oildorado » ou encore se souvenir que Rudolph Diesel a inventé un moteur « qui fonctionnait à l’huile d’arachide ». Lire la suite

Attali et les crises

Ma sale habitude de corner les pages a encore frappé avec cet ouvrage d’Attali : « Survivre auxcrises ». Je garde des sentiments mélangés à la lecture de ses conseils. Tout d’abord, la première partie ressemble tellement à une réécriture des précédents livres de l’essayiste. C’est déprimant : un pessimisme sur l’avenir et les crises qui se répèteront. Je m’attendais à plus positif puisqu’il joue avec le verbe survivre en l’écrivant parfois sur-vivre.

« Le marché n’a aucun intérêt à ce que les gens meurent trop vieux,  à ce que les entreprises durent, à ce que les nations persistent. »

Lire la suite

Retour Vert pour le futur !

Le sommet de Copenhague s’est terminé sur une conclusion molle, sur un objectif 2050 quand il aurait sans doute fallu viser à court terme pour voir une réelle inflexion dans les comportements des entreprises et des gens plus généralement. A l’école déjà, on attendait la dernière minute pour faire les devoirs… Pourquoi attendre encore ? Attendre quoi d’ailleurs ? Publié bien avant le sommet, le livre « Les pionniers de l’Or vert » de Dominique Nora fait l’éloge de plusieurs startups de l’american green business. Ces jeunes pousses profitent soit des incitations existantes, soit des opportunités pour inventer une économie liée à l’environnement ou comme la chef du service du Nouvel Obs l’écrit pour : « réconcilier environnement et économie ». Lire la suite

Vicieuse croissance

Quelques pages de Daniel Cohen pour poursuivre mon enseignement sur l’économie : La prospérité du vice ! J’avoue que j’espérais apprendre quelques trucs vicieux pour prospérer 🙂 même si le sous-titre indique clairement le sujet de cet essai.

Avec un style simple, DC nous raconte comment le monde est passé de la production agricole à la production industrielle et enfin à la production immatérielle ! Le livre présente des succès et questionne sur les raisons de réussites ou de ruptures qui auraient pu se produire parfois plus tôt et ailleurs.

« L’empereur (chinois du XIIème siècle) fait brûler les navires de la flotte. La Chine perd alors son ascendant maritime, le goût du commerce au long cours, et s’enlise dans l’immobilité. »

En lisant ce passage, je n’ai pu m’empêcher de penser que cette erreur arrive encore trop souvent au niveau des entreprises quand elles refusent d’explorer d’autres marchés, d’autres mondes (comme Internet, par exemple). Hier, à l’anniversaire de l’association Clean Tuesday, Dominique Nora racontait :

« En 1994, j’ai demandé à France Telecom ce qu’ils pensaient d’Internet, sujet de mon livre Les conquérants du cybermonde. On m’a répondu qu’en France, on n’avait le minitel donc pas besoin d’Internet. Au phénomène des CleanTechs, la France répond encore qu’elle n’en a pas besoin parce qu’elle a le nucléaire. »

Peut-être que la France perd de son ascendant pour l’énergie, le goût du commerce, s’enlise-t-elle ?

DC écrit à plusieurs reprises que le moteur est « l’envie » de réussir mieux que son voisin, mieux que les autres :

« il faut tuer l’autre pour exister soi même ». 

Heureusement, il explique également que l’éducation, l’enseignement et la formation auront permis à plusieurs reprises la croissance à travers le monde (en Allemagne et en France avec les grandes écoles pour reprendre l’avantage à l’Angleterre à l’ère de la révolution industrielle, la Chine à la fin du XXème siècle).

Mes notes sur le 16ème rendez-vous de la Mondialisation : "Mondialisation et Environnement"

Pour changer des pages cornées de mes lectures, voici les notes que j’ai prises à l’occasion du 16ème Rendez-vous de la Mondialisation organisé par le Centre d’analyse stratégique, le CEPII et le CERI le 9 décembre 2009. C’était mon premier rendez-vous, selon les sujets, j’y retournerai certainement.

L’environnement est un sujet « à la mode », sérieux et préoccupant. C’est tout l’objet du Sommet de Copenhague qui se déroule actuellement jusqu’au 18 décembre. Depuis quelques mois, j’essaie de m’y intéresser plus sérieusement, d’ailleurs, je reviendrai prochainement rédiger un article sur « les pionniers de l’or vert » de Dominique Nora et mes notes sur le premier anniversaire du Clean Tuesday Paris.

 

Voici donc mes notes : Lire la suite

CAC 40 et Internet 2.0

En ce 1er décembre 2009, j’ai choisi de décorner le web pour changer. Je me suis lancé dans un petit exercice : les entreprises du CAC 40 se la jouent-elles web 2.0 ?

 

Méthodologie

J’ai fait très basique. Tout à d’abord, j’ai sélectionné 3 plateformes : twitter, LinkedIn et youTube.

Ensuite, j’ai utilisé leur moteur de recherche et je ne suis pas allé au-delà de la première page de résultat. Evidemment, c’est très critiquable puisqu’il est possible que lorsque vous lirez cet article, les résultats de recherche aient évolué. Mais il me fallait un critère alors j’ai fait ce choix.

Un autre biais est que ces groupes ont très certainement des filiales plus présentes sur la toile (Ex : Orange plutôt que France Telecom). Mais là encore, j’ai choisi de m’en tenir à l’entreprise côtée.

Résultats Lire la suite

Un bref article sur l’avenir de l’éducation

Le titre est prétentieux, j’en conviens mais il se veut un clin d’oeil au livre deJacques Attali, « Une brève histoire de l’avenir ». Cet essai publié début 2007 propose un décryptage de l’histoire pour mieux comprendre l’avenir et se préparer à un futur sombre qu’aimerait éviter Jacques Attali… Il y aurait beaucoup à discuter, à questionner, à débattre sur les 3 vagues (hyperempire, hyperconflit et hyperdémocratie). Cependant, je ne vais décorner que les pages qui concernent l’enseignement et l’éducation. N’est-ce pas le point de départ de tout avenir ? Apprendre, être et devenir. L’économiste écrit d’ailleurs que le « savoir deviendra, plus encore qu’aujourd’hui, un actif majeur, toujours remis en cause par les innovations. » Ca me paraît plus en lien avec mon modeste site de soutien scolaire et surtout, en cette fin novembre 2009, avec le grand emprunt dont l’une des priorités concerne l’enseignement.

Lire la suite

Y a-t-il un pilote chez Adsense France ?

« Donner le pouvoir aux clients et ils le prendront! » est la première loi de Jeff Jarvis dans son livre What Would Google Do ? Est-ce que cette loi s’applique aux Adsensers (voir plus bas un court exposé  sur Adsense et Adwords) ? La question se pose car un Adsenser n’est pas un client. C’est Google le client, si on prend comme définition que le client est celui qui paie. Un Adsenser n’est pas un partenaire puisqu’il ne peut afficher sur son site un quelconque partenariat. Un Adsenser est donc plutôt un fournisseur. Alors pourquoi poser la question ? Parce que Google a abandonné une partie de « son pouvoir » à quelques Adsensers. Certains ont pris ce pouvoir. Google a créé un forum d’aide pour répondre aux questions des membres du réseau de publicité. Tout est automatisé, plus un internaute répond aux questions posées, plus il grimpe en « niveau ». Astucieux ! Ca flatte l’ego, ça motive à revenir régulièrement aider les camarades Adsensers… Mieux, le programme propose à certains de devenir « Top Contributeur » !  Plus qu’une reconnaissance automatique, la reconnaissance ultime, celle du géant américain ! La classe quoi ! Google leur donne le pouvoir de répondre à sa place ou du moins de faire des réponses avec un gage de crédibilité de ces super-utilisateurs. Une main d’oeuvre gratuite qui permet probablement aux véritables employés de se concentrer sur les « gros » annonceurs (en tout cas,  je l’espère pour ces annonceurs). Lire la suite

Economie de l'abondance

C’est en lisant « Free » de Chris Anderson que j’ai découvert l’expression « économie de l’abondance ». Je propose donc dans ce premier article de poser mes premières réflexions et mes premiers doutes sur le sujet. Je compte sur mes rares (ou futurs abondants ?) lecteurs pour commenter, débattre mon avis. Il s’agit d’un premier article et dès que j’aurais fini la lecture des 2 bouquins que j’ai dans ma pile (je lis lentement), je me commanderais « la longue traîne » (The long tail de Chris Anderson toujours) puisqu’avant « Free », c’est dans ce livre que Chris a élaboré les contours de l’économie de l’abondance.

  Lire la suite