Donne à ton réseau et ton réseau te le rendra !

Un court billet pour raconter rapidement la session de networking organisée par l’ESCP Europe ce 25 février 2010 pour les alumni (& current) Exec MBA. La soirée a été introduite par Jérôme Chouraqui, fondateur de Talent Sphere et du Media Club. Après nous avoir raconté son parcours, Jérôme a donné 6 points pour profiter au maximum de nos réseaux. Je n’ai pas noté les 6 points, qu’il me pardonne ou s’il tombe par hasard ici, je suis preneur de ses propres notes lues sur son iPhone J et autres commentaires bénéfiques.

Qu’importe, voici ce que j’ai retenu et qui relève du bon sens : les réseaux sociaux sur Internet (LinkedIn, Facebook, …) sont d’excellents outils pour développer son network mais ils ne sont pas suffisants. Un réseau est un lien avec des personnes réelles. Il faut donc aller à la rencontre de son réseau et profiter du « temps social » : petit-déjeuner, déjeuner, drinks, dîner, week-end… Prendre le temps de partager un repas avec une personne et construire un lien sont la base du networking. Mais attention, il faut y prendre plaisir et que ce plaisir soit partagé, bref, que la relation soit sincère. Un autre conseil de Jérôme Chouraqui : « ne pas solliciter son réseau uniquement quand on a un problème » (style recherche d’emploi, …). Il faut donner au réseau sans attendre de retour (cela m’évoque toujours le film « Fields of Dream » avec Kevin Costner qui entend des voix lui dire : « if you build it, he would come. »). Globalement, ça fait 4 points sur 6 (j’ai tout juste la moyenne) à retenir et à mettre en pratique.

La soirée s’est poursuivi façon speed dating ! J’adore le concept et pour cette deuxième édition, c’était également très sympa de rencontrer des personnes de métiers connexes et des différentes promotions. Je me suis permis de faire un peu de publicité pour le prochain Clean Tuesday à un futur alumnium dont le projet ICP traite des biofuels.

Ce soir, c’est les vacances, demain les bouchons et dimanche la montagne !

Dans le Jardin des femmes

Fatigué après la lecture trop sérieuse de quelques pages de « Performances et progrès social », j’ai mis en stand by ce pavé pour m’abandonner aux lettres d’Alexandre Jardin : « Chaque femme est un roman ».  Hésitant entre fiction et réalité, Alexandre Jardin ne nous livre pas un roman mais plusieurs nouvelles d’anciennes et actuelles femmes de sa vie. C’est toujours intriguant de ne pas savoir où se trouve la vraie frontière entre le roman et l’autobiographie et ça fonctionne (en tout cas avec moi J). C’est un peu du reality show d’écrivain. Ma mauvaise habitude de corner les pages qui retiennent mon attention ou suscitent des idées a donc froissé de nombreux passages. M’identifiant tantôt à Alexandre, tantôt à sa mère ou à d’autres acteurs de son récit, ces nouvelles m’interrogent sur l’éducation que j’ai eue, celle que j’offre à mes enfants ou encore ce que la vie pro m’apprend chaque jour sur les autres et sur moi. Finalement, je retire autant d’Alexandre Jardin que de Jacques Attali. L’auteur joue sur : être, paraître, rêver, se rêver, oser.

  Lire la suite

Vidéo et développement durable

Remise des prix du BeGreen Festival

Henri Van Melle (Fondation Loïc Peyron) et un représentant de l'ADEME

Jeudi 19 février, BeGreen a remis les prix de son second festival de vidéos sur le thème du développement durable dans les studios de RTL2 ! L’idée est simple : solliciter le grand public à réaliser des petits films autour de la biodiversité, l’eau, les énergies, les déchets, le climat, les transports, … Diffuser sur Internet via la plateforme Wat.TV, les films sensibilisent un large public.

Les gagnants, la plupart du monde cinématographique ou de la publicité (sauf la CCI de la Réunion), ont réalisé des films d’une grande qualité et plein d’humour. Vous pouvez revoir les nominés par ici. Après chaque projection, les prix ont été remis par les sponsors et partenaires : Samsung, Ecoemballage, l’ADEME, le MEEDDM, … Laurent Stefanini (ambasseur délégué de l’environnement du MEEDDM) a souhaité que ces films soient massivement diffusés en France comme à l’étranger pour accélèrer les prises de conscience sur les enjeux de l’environnement et développer le maximum d’actions « vertes ». La soirée s’est conclue sur un cocktail sympathique et l’espoir d’être présent sur scène pour la version 2010 !

La prochaine édition sera lancée pendant la semaine du développement durable, début avril 2010. Si vous avez des idées de scénario, de musique, …,  mes trois petits acteurs comptent sur vous !

Renault met les gaz

Début février, Renault SAS a obtenu son autorisation d’être fournisseur de gaz naturel. Comme quoi le gaz naturel est une énergie d’avenir 🙂 Renault est aussi le partenaire automobile qui a permis de démarrer Better Place en accompagnant le projet de Shai Agassi en Israël en démarrant la construction des voitures électriques.

So what (watt) ? Il va falloir attendre le rapport annuel 2009 (j’irai voir le 2008 quand même) pour comprendre l’objectif gaz de Renault. S’agit-il de réduire les coûts énergétiques de ses sites ? Le constructeur va-t-il développer un réseau de stations à la mode Better Place tout en proposant également du GNV à la pompe, une station hybride quoi ? Y a-t-il une autre idée derrière tout ça ?

Il y a quelques mois Volkswagen mettait des moteurs dans les chaudières pour produire de l’électricité dans les maisons à partir du gaz naturel. Excellent pour vendre un moteur de voiture sur un autre usage.

La crise aurait-elle libérer les initiatives du secteur automobile soumis à des cycles éprouvants ?

A suivre…

Après le pétrole… encore du pétrole mais vert ?

Il en fallait un qui ne me plaise pas plus que cela… « Après le pétrole, la nouvelle économie écologique » de Ludovic François et Elise Rebut. J’éviterai un mauvais jeu de mots. J’ai corné un certain nombre de pages malgré tout mais je me suis forcé à le finir.

Au début, je me suis demandé si mes précédentes lectures surpassaient celle-ci simplement parce que je connais mieux (modestement) le secteur de l’énergie ou parce qu’Attali, Minc, … sont des figures… difficile à dire. Par ailleurs, le livre porte uniquement sur les agro-ressources… on aurait pu s’attendre à voir d’autres solutions énergétiques. J’aurais dû lire le sommaire avant de l’acheter J Mais bon, je suis comme ça, j’y vais au feeling et parfois, je me plante.

Il y a de bonnes choses quand même. L’introduction annonce que le changement est engagé, d’ailleurs les auteurs s’appuient sur les signaux faibles d’Igor Ansoff et quelques exemples pour montrer les signes d’une évolution en cours. Dans la description du contexte, on peut s’amuser aussi de l’expression l’« oildorado » ou encore se souvenir que Rudolph Diesel a inventé un moteur « qui fonctionnait à l’huile d’arachide ». Lire la suite