Le loup en livre ou en film ?

Une fois n’est pas coutume, ce billet évoquera aussi bien le film que le livre : Le loup de Wall Street. J’ai pris soin de commencer par l’autobiographie de peur que le film ne me motive pas à lire les 760 pages de l’édition de poche. Si j’avais bien entraperçu quelques secondes Leonardo Di Caprio dans une bande annonce, le sujet m’échappait complètement hormis la référence à la célèbre place financière New Yorkaise. Alors, pourquoi ne pas lire « Le loup de Wall Street » sur la plage et regarder le film après ?Wolf Of Wall Street
Premier constat : malgré le nombre de pages, je n’ai pas corné plus de 10 pages… j’ai bien ri mais ce n’est qu’une autobiographie partielle, tournant parfois à l’autodérision. Il y a aussi beaucoup d’autopromotion (ça fait beaucoup d’autos mais c’est un livre qui roule !). Est-il un vendeur hors pair ? A l’occasion, j’irai regarder les vidéos sur sa page FB www.facebook.com/jbstraightline ou ses conseils de vente sur www.jbstraightline.com.
Deuxième constat : même dans les romans qui n’ont aucun rapport avec notre époque et surtout le travail, j’arrive toujours à marquer des pages ou des expressions en me disant qu’un jour, j’utiliserai telle ou telle chose, que je citerai des passages pour appuyer mes messages, etc. Là, alors qu’il y a l’univers « business », je ne retiens finalement pas beaucoup de choses. Le livre est dédié à ses enfants, je pensais même voir en quoi il leur laisse une trace de lui, un héritage, une demande de pardon, autre… mais non, rien. Un peu décevant sur ce plan.
Troisième constat : la richesse des événements nécessitait forcément une simplification de l’histoire pour faire un bon film… mais pourquoi donc dans l’adaptation des noms, ont-il été changés les noms alors qu’une recherche sur Google redonne les vrais noms ? Curieux…
Au début du livre, une note explique que J Belfort est condamné à verser 50% de ses gains à ses anciens clients-victimes. Si l’escroquerie est à peine décrite comme la raison du blanchiment d’argent (dans le film, il va planquer son fric pour que le FBI ne le dépouille pas), à l’inverse, il explique assez clairement comment il manipule ses équipes : « c’est plus facile de les contrôler s’ils sont fauchés. (…) ils sont endettés jusqu’au cou, pour des voitures, des maisons, des bateaux et tout ce genre de conneries. S’ils ratent un chèque, ils sont dans la merde. C’est comme s’ils avaient des menottes dorées aux poignets. A vrai dire, je pourrais les payer plus, mais alors ils n’auraient plus autant besoin de moi. » N’est-ce pas démoniaque ? D’autant plus que quelques pages plus loin, l’auteur relate un petit discours de motivation pour que ses équipes décrochent leurs téléphones et « arrachent les yeux de la tête » de leurs clients. On pourrait penser qu’il est transparent puisqu’il ajoute un peu plus loin : « Laissez les conséquences de l’échec devenir si désastreuses et inconcevables que vous n’aurez plus d’autres choix que de tout faire pour réussir. » Il qualifie lui-même ses agissements comme des « lavages de cerveaux ».
Le Loup et les Lemmon 714Martin Scorsese remporte un grand succès avec l’adaptation cinéma mais j’ai moins ri qu’à la lecture du livre, peut-être parce que je ne pouvais plus être surpris.Toutefois, Di Caprio m’a amusé lorsdu passage où il s’effondre après une surdose de LEMMON 714. Pourtant, Scorsese n’a pas abusé d’effet visuel pour renforcer son délire. Au contraire, j’ai presqu’été gêné par le nombre de marche de l’escalier du Club house. J’ai quand même fait pause pour photographier cette magnifique ouverture de la porte de la Lamborghini. On a l’impression que la porte le soulève presque.
Il a fallu faire des choix pour le scénario mais la version papier livre une scène qui m’a fait penser à la séquence finale du film « Orange mécanique ». Le Loup de Wall Street est en désintoxication et la thérapeute propose à Jordan Belfort de prendre alors la parole en public et sa petite voix intérieure digne d’Alex résonne : « Le Loup était enfin de retour au combat ! ». Le discours qui suit porte sur un événement anodin démontrant son aptitude à manipuler les foules avec humour.

Comme quoi, lire le bouquin après avoir vu le film apporte son lot de surprises. Toutefois, ni cherchez aucune morale mais uniquement un moment de folie (nickel pour la plage !)

Un 15 août à Paris

C’était le 26 juin dernier que je me suis décidé à aller écouter mon ancienne camarade d’école à la « Librairie comme un roman » dans le 3ème arrondissement. Céline Curiol présentait son dernier livre « Un quinze août à Paris – Histoire d’une dépression ».  La jeune écrivain (je suis jeune donc elle est jeune) semblait resplendissante et en forme contrairement à la sombre période qu’elle relate dans son ouvrage. Quelle aisance pour évoquer une période aussi trouble en public ! Et quelle poésie dans sa narration ! J’ai vraiment été impressionné.15aoutParis

Son ambition est d’aider celles et ceux qui souffrent (ou ont souffert) d’une dépression à la comprendre, à la combattre, à la dépasser. Pourtant, à la lecture des premières pages, si bien écrites soient-elles, je me suis demandé si finalement je ne suis pas déprimé : « incapacité à la rêverie », « affadissement définitif du monde », « incapable de me reposer tout en étant inapte à entreprendre »… Cependant, dès le début, elle distille tout ce qui peut freiner une dépression :  « reconnaître l’importance de nos réalisations personnelles », « force collective », …

Céline Curiol illustre son vécu en citant d’autres auteurs ayant analysé également leur mélancolie, intranquilité, dépression. Sa propre analyse n’a rien à leur envier :

« Celui qui n’anticipe plus l’avenir, n’invente plus ses futurs souvenirs »

C’est un témoignage poétique, émouvant (sans doute encore plus quand on a partagé quelques moments avec l’auteur, même il y a bien longtemps) et courageux.

Très bonne lecture !

Le Mystère des dieux

Ni grand lecteur, ni grand critique, je suis un humble corneur de pages de livres pour garder la trace des passages que j’ai pu apprécier. Avec « Le Mystère des dieux », comment ne pas sourire à mon activité ? Si Michaël Pinson, héros des romans de Bernard Werber, savait cela, il serait probablement plié !

Bernard Werber

Avant d’aborder ce troisième volet, je tempère ce que j’ai pu écrire dans le billet précédent sur la profanation de personnages existants. Finalement, il existe bien des romans historiques et comment ai-je pu oublier toutes les tragédies apprises au collège racontant les aventures d’illustres grecs ou romains. Alors pourquoi l’accepter d’autres auteurs et pas de Bernard Werber ? Donc, je l’accepte et je m’excuse au passage pour ce jugement un peu rapide.

Ce troisième volet conclue la quête du savoir de Michaël Pinson et de ses amis. Je parcours les pages cornées et je continue de penser que cette trilogie est un apprentissage de la société dans tous les sens du terme, y compris société au sens entreprise. Tout d’abord, parce que Michaël Pinson est un entrepreneur et aventurier. Et surtout, parce que c’est rempli de conseil qu’on peut attendre de la bouche de coach ou de formateur : « Nous possédons tous un don particulier, répond Orphée, il suffit de le trouver et le travailler. »
Il y a aussi des phrases à se noter et à sortir dans certaines réunions : « Il y a des moments où il faut arrêter avec les jolies phrases toutes faites ! Ce ne sont que des facilités pour que l’humanité accepte l’inacceptable. »
« A force d’être libre on finit par être seul. »
A noter que le héros n’est pas non plus le gars parfait. Il a ses forces et aussi ses faiblesses. Alors il avance en équipe, sans être vraiment le leader, sans les fédérer derrière lui mais avec lui, à ses côtés… comme dans une entreprise donc. (Il faut que j’arrête avec mes analogies avec les entreprises). Sa plus grande qualité est finalement de ne jamais baisser les bras, de faire face à l’adversité et de continuer à vouloir s’élever puisque telle est sa motivation. Dans son aventure, Michaël découvre que les mondes sont interconnectés et que le savoir est disponible à chacun, comme la sève qui irrigue chaque branche et chaque feuille d’un arbre. Ce passage m’a alors rappelé une discussion avec un scientologue : « Tout savoir est accessible. Il y a comme un grand magma au-dessus de nos têtes, il suffit de s’y connecter et de se servir ». Ce souvenir m’a conduit à regarder comme la Scientologie se présente (au-delà de ses stars hollywoodiennes) et surprise, l’explication des 8 dynamiques de la scientologie fait écho à l’aventure contée par Bernard Werber. On pourrait évidemment faire le lien avec d’autres pratiques ou religions, comme le bouddhisme. Qu’importe !

Si vous n’avez pas encore lu « Le Mystère des dieux », faîtes moi plaisir, cornez quelques pages en lisant et à la fin, venez poster une ou deux citations ici sans lever le voile final !

Le Souffle des dieux

Le précédent tome n’avait pas déclenché en moi une vague d’admiration. Comme écrit dans mon précédent billet, je n’ai pas aimé la fin.

Pour ce second volet, « Le souffle des dieux », j’avais peur que la fin soit pire, un teaser pour le troisième épisode sans apporter de satisfaction ou de conclusions aux pistes ouvertes. Eh bien, non ! Ce deuxième tome est bien conçu, presqu’autonome.

Evidemment, je suis toujours un peu mal à l’aise, comme s’il y avait profanation, à donner des rôles à des célébrités ou à jouer avec l’histoire, les mythes et religions. En même temps, c’est un autre éclairage et ça permet de raviver la mémoire.

« Parle de ce que tu connais.

Montre plutôt qu’explique.

Suggère plutôt que montre. » (Edmond Wells, mentor du héros)BWSD

 

L’humour est présent, comme l’amour :

Alors que Michael est prisonnier de la muse Thalie, il s’en sort en pensant à Aphrodite « comme si un poison guérissait d’un autre poison. »

« Une utopie intéressante peut être tout simplement de commencer à s’entendre à deux… Dans un couple. »

Et le héros lutte contre ses désirs, tant ceux incarnés par Aphrodite ou ceux qui forment les ambitions de son peuple :

« Si tu le veux vraiment, nous pourrions faire l’amour, c’est vrai, mais tu n’aurais que mon corps, pas mon âme. »

 « Ce sont tes désirs qui te font souffrir. »

« L’intimidation permet d’économiser bien des vies. » (Cours de Sisyphe)

 

Il y a parfois comme des leçons de stratégie ou de management. Après tout, ils sont élèves dieux et doivent construire des civilisations. Chacun teste sa technique ou sa philosophie en la matière. Et n’est pas la caricature la plus répandu du consulting dans cette citation :

« Ce sont les boiteux qui veulent apprendre aux autres à marcher. Et ce sont ceux qui ont échoué qui donnent des leçons aux autres pour gagner. »

Ma citation favorite illustrant le comportement de certains en entreprise : « (les âmes) ont peur de ne pas accomplir leur mission. Alors elles empêchent les autres de réaliser la leur. »

Bernard Werber ressort également cette anecdote :

« Tout homme qui entreprend quoi que ce soit a systématiquement trois sortes d’ennemis : ceux qui voudraient bâtir le même projet à sa place, ceux qui voudraient réaliser le projet contraire, et surtout la grande masse de ceux qui ne font rien. Et ceux-là sont souvent les critiques les plus virulents. »

Il cite également d’autres auteurs comme Oscar Wilde : « Dans la vie il y a deux tragédies. La première c’est de ne pas avoir ce que l’on souhaite. La seconde est d’obtenir ce que l’on souhaite. Mais la pire des deux est la seconde, car une fois qu’on a ce que l’on veut, on est souvent déçu. »

 

Il y a aussi des jeux sur les contrastes qui peuvent parfois sembler des banalités mais les évidences sont parfois bonnes à rappeler :

« Le mal sert peut-être à révéler le bien. »

« Ce n’est que dans le noir qu’on voit la lumière. »

Comme ne pas penser que parfois Bernard Werber s’adresse directement à moi, à moins que ce soit Zeus : « tu as été fainéant. Tu n’as pas assez accompli de choses par rapport à ton potentiel. »

« On ne peut s’élever qu’en affrontant l’adversité. »

 

En conclusion, s’il n’y avait qu’un tome à lire, ce serait celui-là (cela dit, je n’ai pas fini le 3ème que j’ai à peine démarré).

 

Comme j’ai beaucoup corné, je vous offre quelques citations :

« La torture par le travail inutile. » (Torture nazie)

« Darwin se trompe. Au bout du compte, c’est l’alliance qui gagne, pas la compétition. »

« Quand vous répandez une peur ou un mensonge vous créez cette peur et vous transformez ce mensonge en réalité. »

« Je ne vois plus le grand avenir radieux. »

« L’héroïsme se crée dans la scène finale. »

« Pour obtenir un héros de qualité, choisissez d’abord un être qui a une bonne raison de se réparer, donc une résilience. »

« On tue pour survivre. »

« Un cœur amoureux qui vous poursuit, ça peut devenir l’enfer. »

« L’amour est la victoire de l’imagination sur l’intelligence. »

« Un peuple, on le programme, on le manipule. Mais on l’écoute. » (cours de Prométhée)

« Ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on est vertueux, et ce n’est pas parce qu’on est riche qu’on est égoïste. »

« Le peuple aime craindre l’autorité. Il aime être puni. »

« Toute initiative perdue dans la masse. »

« L’homme veut se rend maitre du futur pour rester en vie le plus longtemps possible. »

« La personnalité a besoin d’expériences douloureuses pour évoluer. »

« Il faut que je m’aime. Il faut que j’aie confiance en moi. »

« Même le malheur finit par se fatiguer de s’acharner sur une même personne. »

« Un couple c’est un peu un système d’aimants qui s’attirent et se repoussent. » (Héra)

« Entre dire merci à quelqu’un qui les as aidés, et obéir à quelqu’un qui les menace physiquement, les gens n’hésitent que rarement. »

« La certitude, c’est la mort de l’esprit. »

« On ne se définit pas seulement par ce qu’on est, mais par ce qu’on n’est pas. »

A dieux !

Il y a bien longtemps que je n’avais pas lu Bernard Werber. Pourtant, je me souviens de ma surprise quand, terminant « la Révolution des Fourmis » fin 1996, fraîchement débarqué à Paris comme étudiant, je découvrais un « seul » site web sur cette œuvre hébergé sur les serveurs de mon école : http://www.ensta.fr/~goux/fourmis.html. Le lien est mort aujourd’hui mais Google a conservé quelques traces et le webmaster de l’époque a fait depuis ses premières armes de romancier.BW_NLD

Evidemment, en plus de ce souvenir, le titre me disait : « Prends moi ! ». Alors, je l’ai pris sans savoir que c’était le premier tome d’une trilogie…. Trilogie qui est elle-même comme un tome des récits de Bernard Werber puisqu’apparemment, « Nous les dieux » retrace la suite des aventures des héros de « Thanatonautes » et de « l’Empire des Anges », voire de « Nos amis les humains » (mais je ne sais pas). Mieux, il y a également Edmond Wells dont la première apparition était déjà dans « les Fourmis ». Passé cet amusement, j’avoue avoir ressenti parfois une forme de lassitude, me demandant si le romancier ne recycle pas ses idées, collant des passages de « L’encyclopédie du savoir relatif et absolu » par ci, reprenant des morceaux de mythologie par là, saupoudrant sa fiction avec des personnages réels du XXème siècle à qui il prête une nouvelle existence.

Toutefois, j’ai corné plusieurs passages dès l’avant-propos découvrant une citation qui cadre avec mon ambition de finir un jour mon propre roman débuté, il y a plusieurs années sur mes téléphones portables :

« L’amour pour épée, l’humour pour bouclier »

Nous voilà perdus quelque part, « Aeden », entre une espèce de Deus Academia et Poudlar, l’école d’Harry Potter. Le héros, Michael Pinson découvre les lieux, sa mission et pense déjà que « les humains ne sont pas faciles à aider ». Il se rappelle son mentor Edmond Wells : « Ils s’efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur. » Ca promet ! Bernard Werber va-t-il écraser l’humanité comme on écraserait des fourmis ? Dans le train quand je découvre ces lignes, je lève la tête pour observer autour de moi… on est dans la région la plus triste ou bien celle où les gens ont le plus d’admiration pour les chaussures, je ne sais pas… Après tout pour échapper à ce mauvais spectacle, je baisse les yeux sur mon livre.

Une nouvelle vérité me claque alors à la figure comme une synthèse de moments vécus intensément :

« On ne peut offrir qu’à ceux qui sont prêts à recevoir. »  (corné 2 fois !)

C’est clair ! Impossible de griller les étapes que ce soit pour les choses du cœur comme celles de la raison. Enfant, on capte beaucoup de choses, on reçoit, on découvre, on apprécie ou on rejette avec sincérité et puis un jour, ça disparaît… On devient presque suspicieux quand quelqu’un vous veut du bien. Ca cache forcément quelque chose et si devant le refus, la bonne âme fait preuve d’humeur, ne dit-on pas facilement : « j’en étais sûr ! Gros con ! »

A l’école des dieux, les professeurs surgissent de la Grèce antique. Chronos montre son art à ses étudiants. Chacun observe la planète « école » et la nature humaine :

« Tuer pour ne pas être tué »

« Trop accoutumés à leur confort, les démocrates étaient devenus paresseux et n’avaient plus envie de se battre. »

Chaque maître apporte aux élèves dieux leur vision, les interpelle et pousse à réfléchir au sens et à notre place sur terre ou dans les cieux. Mais attention, l’apprentissage n’est pas uniquement sur les bancs de l’amphithéâtre. C’est une école moderne. Ainsi, même si Edmond Wells est un étudiant comme les autres, il diffuse son savoir à celles et ceux prêts à recevoir comme pour la persévérance :

« Démissionner, c’est abandonner la partie. Tant qu’on est dans la partie, on peut tenter d’améliorer le cours des choses. Mais si on quitte le jeu, on a tout perdu. »

Michael raisonne également par lui-même : « On ne peut pas vivre sans cesse dans la peur. Parfois, il faut prendre le risque de la confiance. » Phrase que j’hésite à afficher à l’entrée de mon bureau… ou mieux, aux entrées de quelques camarades… En écho, Edmond Wells ajoute : « ne pas penser à l’avenir, c’est réduire son angoisse. » Principe toutefois difficile à respecter, quand on nous demande d’anticiper sans cesse et de prévoir d’où viendront les coups.

 

Bernard Werber joue avec les chiffres, comme son 1+1=3 des fourmis. Cette fois, les formes des chiffres décrivent des stades de l’évolution des vies. On apprend par exemple que le stade 3, stade animal, avec ses 2 bouches, dévoile « le secret d’une vie bien remplie » : « Tuer et faire l’amour ». Et les conseils se poursuivent : « D’abord tu frappes après tu réfléchis, et si l’autre est plus fort… tu t’excuses. »

Comme je le disais, on prend des leçons aussi bien pour l’intelligence que pour l’amour. Par exemple, pour la raison : « dans une organisation, le travail est réalisé par ceux qui n’ont pas encore atteint leur niveau d’incompétence. »

Pour le cœur : « Comment voulez-vous qu’une femme aime un homme gentil ? On peut tout pardonner à un homme, sauf ça. »

 

J’ai bien corné d’autres passages, apprécié certaines anecdotes comme celle des puces dans un bocal ou noté d’autres coïncidences avec mes propres moments tant personnels que professionnels.

Autant j’étais impressionné d’entrer dans l’histoire sans avoir lu les autres romans, autant je n’ai pas aimé la fin… j’ai failli ne pas acheter le tome suivant mais plusieurs jours de transport sans lecture m’ont convaincu de reprendre l’histoire où je l’avais laissée.

aimer innocemment, insouciant comme un enfant

Comme un enfant dans des escaliers roulants,
Grimpant à contre courant ces dents d’acier,
Sourire aux lèvres, il sera le premier
A la retrouver au sommet, fier et aimant.

Enfin décidé, il l’emmène tendrement,
Sur son manège, dans son monde parallèle.
Élégante, elle se laisse guider doucement.
Et dans la descente, leurs lèvres se querellent.

Respiration, palpitations, charmants frissons…
Une cascade d’escaliers, un torrent
D’émotions, un doux tumulte de sentiments,

Elle est libre. Lui, prisonnier de sa mission.
Ces beaux aventuriers des escaliers roulants
Réaliseront-ils leur doux rêve d’enfant ?

Lumière sur Dieu

La Formule de DieuLa Formule de Dieu, cette histoire a soulevé des questions et réveillé des souvenirs. Que peut cacher un tel titre ? Est-ce que Dieu a formulé quelque chose que nous n’aurions pas découvert ? Est-ce qu’il s’agit plutôt de son ADN ? Pourquoi pas les deux ? Quel sens peut avoir une telle formule ?

Tant de questions devant le titre du roman de José Rodigues dos Santos. Incité à le lire par mon père, l’histoire d’un portugais réveille forcément des souvenirs d’enfance ; vacances chez la cousine de maman à Espino. Il y aurait beaucoup à raconter entre bêtises à couper le souffle, poissons entiers débordants des gamelles ou décors d’aquarelle. C’est surtout le souvenir de Dieu, sa présence dans cette maison. Au-dessus du lit, une peinture de Marie, je crois, avec Jésus. Le souvenir est vague mais l’impression de dormir dans une église me paraissait étrange à l’époque.

Avec un tel cliché en tête, comment peut-on imaginer un portugais écrire un roman qui pourrait être jugé blasphématoire dans son intention ?

Mais, j’avais déjà passé quelques années plus tôt Dieu au microscope scientifique, même si les scientifiques en question n’ont pas la reconnaissance de leurs paires. Je n’ai gardé que peu de choses en mémoire du dialogue entre le théologien Jean Guitton et les frères Bogdanov : Dieu et la science. L’essai trouvait un équilibre entre religion et science. Mais forcément la couverture avec Einstein sous le titre ne pouvait que me rappeler cet essai.

Dos Santos écrit un roman exceptionnel, mêlant découvertes scientifiques et analyses œcuméniques. Bien que ce ne soit pas un essai, la démonstration interpelle. Je n’ai pas envie de gâcher le plaisir aux futurs lecteurs en dévoilant la formule. Simplement, ce livre rappelle à chacun, quelque soit sa religion, quelque soit son statut, l’humilité à avoir devant l’Univers. Suis-je un engrenage de cette grande mécanique ? Est-ce que ma contribution est positive pour le système et son avenir ?

Si l’auteur parvient à vulgariser certains concepts de la physique, la scène d’amour relève du cliché des films des années 80 (dans ma tête, Take my breath away…). De même, l’intrigue surpasse les émotions qu’on pourrait attendre de certaines scènes de retrouvailles et d’adieux.

Pratiquant ou athée, scientifique ou littéraire, cette histoire devrait vous plaire.

Ses sign !

Monsieur Karoo-Bovary, une vie de mensonge

Ma petite maman chérie m’a suggéré la lecture de Karoo de Steve Tesich tandis que mon petit papa lui m’a glissé La formule de Dieu de José Rodrigues dos Santos. Galanterie oblige, j’ai donc lu l’histoire promue par ma mère. Profitant de longs voyages en train, je n’ai pas traîné pour une fois. Même si je n’ai pas osé corner les pages pour le rendre en état, il y a eu de nombreux parallèles dans mon esprit, plusieurs belles phrases ou mieux, des moments de vérité (ou de mensonge). Par contre, je n’ai pas compris pourquoi maman a tant tenu à ce que je le lise. J’ai globalement aimé ce livre mais le souvenir que j’en garderai est bien différent d’autres choix, avec l’écho de cette question : pourquoi fallait-il que je le lise ? Y avait-il un message personnel ?Karoo, Steve Tesich

Le héro est gros (comme moi ? Beaucoup plus, en fait), alcoolique (beaucoup plus aussi), misanthrope (encore plus). Il travaille dans le monde du cinéma (je m’en suis très vite écarté ou pas assez vite approché) et se considère comme un écrivaillon (moi pas du tout, même pas comme un blogueur).

Spécialiste dans la ré-écriture de scénario, l’auteur ne s’est pas offert les services de son héro. En effet, la poésie est parfois gâchée par ses analyses, la fin est longue, voire répétée sous 3 formes au cas où le lecteur n’aurait pas compris son message.

L’histoire reste malgré tout un formidable voyage introspectif, entre amour et haine, mal ou bien, hypocrisie, trahison, déchéance et pourriture, …

L’auteur s’amuse de faux suspenses. Après être entré dans l’univers de Karoo, on devine plus facilement les situations qui vont se dessiner mais sans précipitation, en douceur et avec précision, l’écrivain nous entraîne dans sa chute avec peut-être le plaisir malsain de savoir son lecteur écœuré par la nature humaine.

A lire mais attention aux âmes fragiles.

L’ardeur des Pierres de Céline Curiol

Certains livres réveillent des souvenirs, m’apportent indirectement des réponses au quotidien pour ma famille aussi bien que mon travail. 

Pourtant ce n’est pas la quatrième page de couverture qui m’a convaincu que l’ardeur des pierres m’assurera ces plaisirs. Je l’ai acheté sans lire la promesse sur cette page qui guident d’autres lecteurs dans leurs choix.

Si la raison qui m’a fait lire ce roman était autre, qu’est-ce que mon imagination aurait espéré en lisant le pitch ou le résumé ? Le voyage d’une femme ?  Kanto, un Candide dans un jardin japonais. L’intrigue du titre ?

Est-ce que la raison qui m’a poussé à lire cette histoire donnera à d’autres l’envie de s’y plonger ? Quelques amis sans doute sur Facebook mais pas plus de 2 ou 3 (ma mère comprise).

Même si j’ai découvert Kyoto sous la pluie et à l’occasion d’un voyage d’affaires, ce roman devait raviver mes souvenirs de quelques pas dans le jardin des temples, dans les rues étroites et piétonnes, le dépaysement face au menu d’un restaurant incompréhensible pour moi. Ce n’est pas un guide voyage même si Céline y décrit quelques décors, quelques arbres et aussi… Des pierres.

Pendant la lecture, j’ai pu m’identifier selon les passages à Kanto, car j’ai parfois l’impression d’oublier des moments passés, des rencontres, des lectures… Il suffit parfois de petits riens pour se remémorer des détails. Par exemple, dans une scène, Kanto « céderait presque à la tentation de se mettre à courir par précaution, l’imagination nourrissant la peur et la peur, l’imagination ». Enfant, les soirs d’hiver, quand je revenais de nuit à pieds de chez mon super pote, cette spirale peur-imagination m’avait poussé à foncer chez moi pour éviter de croiser un monstre de la nuit… Pourquoi cela me revient en lisant ce passage ? Je ne sais pas… 

D’autres passages me rappellent à mon quotidien : mes clients, mes équipes, mon entreprise même.

Celui dont les souffrances deviennent intolérables ne s’aperçoit pas qu’il s’est perdu

Il faut une humilité japonaise pour demander conseil, pour accepter une critique et, tel un judoka (comparaison uniquement pour voir si mon père lit jusque là. Qu’il se rassure sur les valeurs que j’ai gardées, y compris de certains enseignements forcés), donc, tel un judoka retourne son adversaire en utilisant sa force.

Y a-t-il des références à Boris Vian avec ce bourgeon au niveau du plexus du héro et ces parois qui semblent se recourber (matrix ?) ? Peut-être ou pas… Qu’importe !

La raison qui m’a poussé à découvrir l’univers de l’ardeur des pierres est la suivante : cette auteur, avant de l’être, avait partagé les planches avec moi et m’avait accordé une confiance inconsciente en sautant dans mes bras depuis une estrade d’au moins 2m lors d’une répétition pour une représentation en banlieue lyonnaise ! Quel souvenir J Je ne me souviens même plus de la version finalement retenue pour la représentation.

Je t’embrasse Céline !