Propagande verte et amitié insoutenable

Mes parents ayant lu « L’écologie en bas de chez moi », de Iegor Gran, font leur « petit geste » de recyclage en me l’offrant. Ni roman, ni essai, l’auteur livre ses impressions sur la propagande verte de ces dernières années et sur une amitié sacrifiée sur l’autel de l’éco-idéologie (ou l’inverse idéo-écologie).

Qu’est-ce qui tient du roman ? Qu’est-ce qui tient de l’autobiographie ? Pas facile à dire… Il écrit dans son texte : « Misérable est l’écrivain qui se sert de son imagination pour produire des textes nouveaux. » Wikipédia est pauvre en information sur Iegor Gran ; en le googlant, on finit par trouver une biographie des écrivains franco-russes plus complète. Il a donc bien fait l’Ecole Centrale Paris et comme Boris Vian, CNISF.org ne le référence pas dans son répertoire des ingénieurs français.

Son livre est sorti quelques jours avant l’annonce de Nicolas Hulot comme candidat à la Présidence. On peut imaginer les cauchemars de l’auteur cette nuit là et ce que cela donnera s’il est élu…

Si l’auteur attaque « la propagande » portée par les écologistes, soutenue par les entreprises qui y voient une opportunité, Iegor semble attristé par la disparition d’une amitié autrefois sincère.

Pour apprécier la démonstration, il faut garder une ouverture d’esprit et ne pas être allergique aux notes de bas de page de l’auteur (qui prend plaisir à ouvrir des parenthèses par ce moyen).

Après le pétrole… encore du pétrole mais vert ?

Il en fallait un qui ne me plaise pas plus que cela… « Après le pétrole, la nouvelle économie écologique » de Ludovic François et Elise Rebut. J’éviterai un mauvais jeu de mots. J’ai corné un certain nombre de pages malgré tout mais je me suis forcé à le finir.

Au début, je me suis demandé si mes précédentes lectures surpassaient celle-ci simplement parce que je connais mieux (modestement) le secteur de l’énergie ou parce qu’Attali, Minc, … sont des figures… difficile à dire. Par ailleurs, le livre porte uniquement sur les agro-ressources… on aurait pu s’attendre à voir d’autres solutions énergétiques. J’aurais dû lire le sommaire avant de l’acheter J Mais bon, je suis comme ça, j’y vais au feeling et parfois, je me plante.

Il y a de bonnes choses quand même. L’introduction annonce que le changement est engagé, d’ailleurs les auteurs s’appuient sur les signaux faibles d’Igor Ansoff et quelques exemples pour montrer les signes d’une évolution en cours. Dans la description du contexte, on peut s’amuser aussi de l’expression l’« oildorado » ou encore se souvenir que Rudolph Diesel a inventé un moteur « qui fonctionnait à l’huile d’arachide ». Lire la suite