Ombres et Lumières, Jean-Pierre Goux, édition Hugo & Cie

Sur ma page Facebook, Jean-Pierre me demandait si le second tome de Siècle Bleu m’avait plu. Cela faisait 2 ans que j’avais fini Siècle Bleu et j’attendais la suite avec impatience. Jean-Pierre a été très généreux puisque ce deuxième volet est riche en rebondissements et aurait pu très bien faire l’objet du tome 2 et du tome 3. J’ai simplement adoré !

L’aventure des héros reste exceptionnelle et l’auteur mêle fiction et réalité avec brio. J’ai même l’impression d’une plus grande fluidité dans l’écriture. Les actions se multiplient, les événements dévoilent les intérêts des différents personnages avec subtilité et l’auteur raconte son rêve bleu avec une ambition grandissante.

La saga Siècle Bleu se lit réellement sur plusieurs dimensions : c’est d’abord une histoire dont les Américains pourraient faire un blockbuster. Qui sait peut-être qu’un français pourrait s’en charger d’ailleurs (Luc Besson y trouverait son compte, sinon mon frangin après son premier long métrage en préparation). Une autre dimension décrypte les arcanes de la finance criminelle ou d’autres actualités. Dimension scientifique, dimension humaine, … La dimension la plus importante repose sur l’espoir d’un monde meilleur et chaque héro d’Ombres et Lumières reprend les propos du chef navajo Hozho : « Résister, c’est créer la beauté (…). Créer la beauté, c’est résister. Il faut retrouver le sacré sur cette terre profanée et se rappeler que nous appartenons à un Tout bien plus vaste. »

J’ai retrouvé des rêves d’enfant, parfois oubliés, parfois ajournés, certains réalisés. Les références au passé comme l’ancrage dans l’actualité (par exemple, la mise en orbite de Dragon par SpaceX) sont autant de preuves de la possibilité d’une évolution plus ambitieuse et surtout meilleure.

Contrairement au premier tome qui s’achevait sur une intrigue qui relève du crime par son auteur (maintenant moins puisqu’on peut lire les 2 tomes sans attendre 2 ans), le deuxième volet a une fin même si plusieurs suites restent possibles.

 

Jean-Pierre, si tu lis ces quelques mots : merci. Je serai plus patient pour la suite et si besoin, je répondrais présent à ton appel pour « donner une tournure concrète à certaines des idées exposées dans le livre. » Je crois que tu as su réaliser un premier rêve avec cette saga et j’espère que tu ne cèderas pas à la tentation face à ce qu’il reste à accomplir. J’ai relevé ce passage important dans ton livre : « Chaque être humain naît avec un ou plusieurs rêves. La vie est une lutte perpétuelle entre la volonté de les réaliser et la tentation de s’en détourner. » En démarrant cet article, je me suis remémoré comment j’ai fait ta connaissance, comment l’ombre a laissé la place à la lumière, la lumière extrême même : www.extreme-light-infrastructure.eu . J’ai souri. 

 

Aux naufragés du web qui ont atterri sur ce billet, je vous recommande vivement la lecture d’ « Ombres et Lumières ».

Bonne lecture.

 

PJ : le trailer

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook