11 m/s pour décrocher la Lune

Parfois en rêvant, on trouve le courage de se lancer et plutôt que de redescendre sur terre, d’inverser l’ordre des choses et de s’élever plus encore.

Parfois en osant, on fait simplement des rencontres, on développe des idées qui auraient pu rester sans suite, …

Parfois en donnant de son temps, on reçoit de belles richesses en retour.

 

11 m/s, c’est la vitesse de libération.

 

Alors pourquoi avoir honte de ses rêves ou peur d’admirer ?

 

A l’occasion de la présentation de Innovation Lab de la Harward Business School dans Challenge de ce début juin, Gordon S. Jones donne 10 conseils dont celui d’être décomplexé d’avoir des héros. Mark Zuckerberg fait évidemment partie des siens.

 

C’est vrai, il y a la peur d’aimer, d’être fan, la honte d’avouer vos préférences, de ne pas savoir expliquer pourquoi telle ou telle chose vous fait vibrer, d’être pris pour un extraterrestre parce que vous appréciez un artiste inconnu pour diverses raisons que ce soit pour son courage, pour ses idées ou tout autre valeur. Heureusement il y a des pages facebook pour dire j’aime ce groupe, ce livre, les idées de cette femme, la force de cette homme… Si jamais quelqu’un vous prend en flagrant délit d’admirer, vous pouvez vite décocher la page tout en continuant à y jeter un œil de temps en temps, discrètement.

Il est tellement facile de sombrer dans la critique négative car rien n’est parfait, rien n’est tout blanc ou tout noir. Comment peut-on dire aimer les cours d’un excellent prof d’économie qui est passé par la case prison pour ses frasques sexuelles ? Ai-je le droit de rêver du concorde qui a tué des gens pour son dernier vol ? Puis-je apprécier des travaux manuels alors que j’ai fait de grandes études ? On pourrait me classer dans un courant politique, pire croire que j’appartiens à une secte, ou encore m’enfermer dans de fausses images.

D’ailleurs, on recommande de verrouiller les profils sur les réseaux sociaux au cas où vous auriez le mauvais gout d’aimer des choses si différentes de votre patron ou futur employeur. Un peu de bon sens ! Mon profil est ouvert et je n’ai pas peur d’y exprimer la fierté que me procure mes enfants, de publier un poème pour dire à ma femme que je l’aime, d’être amis avec des élus locaux dont je ne partage pas toujours les idées tout en admirant leur investissement personnel pendant les élections ou quotidien, de faire de la pub pour le roman d’un ami dont le courage m’impressionne ou pour un patron qui a trouvé le moyen de faire une campagne low cost pour son entreprise, …

 

Partagez vos rêves, poursuivez les !

 

On ne sera pas tous « l’élu », mais on peut aider les héros à se révéler,  à rêver, à oser. N’ayez pas peur d’admirer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connect with Facebook